Nelendark la croisée des mondes fantastiques
Bonjour à toi Nelendarkien!
Ce forum a vécu son temps et est désormais en repos.
Tu peux cependant retrouver l'admin dans un nouvel univers, sur Lombredelondres.forum2jeux.com
A bientôt!


 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Concours n°8: Le dernier jour d'un condamné

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Natalya Himura
Administratrice
avatar
Féminin
Nombre de messages : 746
Race : Ange déchue
Activité : Reine de Nelendark
But /occupations : Rendre la contrée prospère et rester neutre.
Age d\'apparence : 24 ans
Résidence : Tour Glanderk
Penchant : Neutre
Particularité physique visible : Le symbole royal est tatoué sur son épaule droite
Date d'inscription : 28/06/2005
MessageSujet: Concours n°8: Le dernier jour d'un condamné Sam 16 Fév - 12:42

Je déclare le concours n°8 ouvert !

Sujet: Une lettre, oui vous devez rédiger la lettre d'un homme ou d'une femme condamné(e) à mourrir.

Critères de réussite: Quelle que soit la mort prévue, quelle que soit la personne à qui le pauvre bougre écrit, la lettre la mieux écrite, la plus originale, la plus appréciée du jury tout simplement, sera élue ! ^^

Bonne chance à tous !

N'oubliez pas: anachronismes interdits et longueur de la lettre respectable mais pas non plus d'une taille encyclopédique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winor
Membre de Nelendark
avatar
Masculin
Nombre de messages : 169
Age : 27
Race : Demi-elfe
Activité : Ménestrel
But /occupations : Parcourir le monde et chanter
Age d\'apparence : 27
Penchant : neutre
Date d'inscription : 05/12/2006
MessageSujet: Re: Concours n°8: Le dernier jour d'un condamné Jeu 21 Fév - 14:49

Camilla chérie,

Je sais bien, je ne t'ai pas écrit depuis des semaines, tu es en colère, pas besoin de me le dire dans ta prochaine lettre. Il n'y en aura pas d'autre. Oui, assiez toi, cela vaudra mieux. Je te fais peur? Moi aussi j'ai peur, si tu savais à quel point j'apréhende l'avenir! Je suis condamné, condamné à mort. Pleure-moi si cela te chante, mais avant lis ce que j'ai à t'écrire, après cela je ne suis pas certain que tu veuilles encore te souvenir de moi.
Cela fait des années que je voulais te l'avouer, jamais je n'ai réussi. Je ne voulais pas te faire de peine, mais comme l'heure de mon trépas est venu, à bas les masques et les faux semblants. Oui Camilla! Je suis un voleur, un criminel même. Comment crois-tu qu'un homme tel que moi pouvait te rendre heureuse sans corrompre sa vie? Tu en voulais toujours plus, toujours trop! Et moi, aveuglé par mon amour,... mais je t'aime encore tu sais. Aveugle comme je l'étais, j'ai d'abord volé pour t'apporter ce que tu désirais, mais cette manie m'est resté et toi tu en voulais encore. J'ai bien caché mon jeu n'est-ce pas? Mhh, ma mère me disais souvent que je devrais devenir comédien à la place de marchand. Et bien j'ai fait ce qu'elle a voulu, d'une certaine manière. Petit à petit, j'ai cherché plus haut, plus gros, ah oui je te ramenais tellement de choses! Je me déguisais en ceci, en cela, non je n'ai jamais couché avec une autre que toi, si cela peut encore te rassurer. Un jour, par malheur, je me suis fais prendre la main dans le sac, pour m'en sortir j'ai dû étrangler un homme. Après cet acte, je me suis sentit dominant et à la fois j'ai eût peur de ce que j'avais réussit à faire. Tuer un homme est tellement jouissif! A ce moment la, je n'étais pas encore devenu un vrai meurtrier, mais par la suite, j'ai pris des proies plus grosses, je tuais leurs possesseur et je ressentait de nouveau ce bien être d'être un gagnant tout puissant.
Cependant tout a changé maintenant, cet homme qui m'a attrapé était bon, c'est a lui maintenant de jouir de son exploit. Il est parvenu à m'attraper, moi le grand Julian Draq, le meurtrier de ce siècle! Je suis condamné à mourir pendu. Tu sais tout maintenant. J'ai fait tout cela pour toi, mon amour. Mais tu sais, j'ai peur, je voudrais tellement te revoir une dernière fois, j'ai l'impression d'avoir vécu trop loin de tes bras et voilà que tout ce que j'ai fait n'a servit à rien, car je voulais te rendre heureuse et tu vas devenir veuve avec Sonia et Rumiald à charge.
Tout va disparaître avec moi, fortune, amour, joie,...

Comme je t'aime mon amour...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jalkan
Voyageur
avatar
Masculin
Nombre de messages : 82
Age : 27
Race : humain, peulpe:Nordiques
Activité : Chasseur de primes, tanneur et chasseur, déprogrammeur parfois.
But /occupations : détruires les oglomorties, fair régner la justice. Peu-être tuer le démon 'Barbarthoum
Age d\'apparence : 36
Résidence : Sur la route.
Penchant : neutre-bon, mais maintenant qu'il aveugle, vas-til pencher vers un certain camp
Particularité physique visible : Présentement aveugle.
Date d'inscription : 17/09/2007
MessageSujet: Re: Concours n°8: Le dernier jour d'un condamné Ven 22 Fév - 2:18

Sur la table de la taverne se trouve une feuille finement écrite, on peut y lire:


Cher inconnu, il se peut quand vous lirez ces lignes je sois mort où emprisonné en attendant avant de recevoir ma sentance,le poison si j'ai de la chance. Que vous aillez connaissances ou non des mes antécédents, cela importe peu. Je veux juste, avant de me juger, que vous sachiez mon histoire, qui je suis, mes raisons d’agir. Je n’espère point votre pardon, je ne pense pas le mériter et encore moins de vivre... Je veux juste avoir votre compréhension.

Bien par où commencer… Commençons par me présentez. Je me nomme Arkanis Draknis Perrodor, aussi connu sous le nom de Krane. Je dois avouer que pour moi, ces deux noms représente deux personne où plutôt deux personne que j’ai été.

Je suis née dans une cité, donc je ne me souviens plus le nom exacte, où le pouvoir appartient à quatre clan qui descendent des quatre fondateurs de la ville. Je suis née dans le puissant et respecté clan des Draknis, qui descend dirtectement de Draknis le Vigoureux, le Fondateur qui élaboré le système de défense de la ville. Je peux affirmé fièrement que mon ancêtre est Perrodor Draknis, un des héros à la ville, celui qui a tenu un défilé pendant plus deux mois avec une force seulement de deux cent cinquantes hommes. Mon père était un guerrier respecté, mon grand-père l’était aussi comme que son père et tous les hommes de ma lignée, à part mo bien sûre. Je suis le fruit pourri, comme on dit. Dès ma naissance on su que je n’était pas comme les autres. Mes cheveux étaient gris, comme ceux d’un vieillard, ce qui était le signe de ma différence. Très tôt, je me lia d’amitié avec le vent. Il me prenait de parler et de jouer avec lui. On me prenait pour un fou, mais le vent me répondait bel et bien. C’était un don qui d’après certains venaient des mes ancêtres maternel des steppes, qui avaient une certaine affinité avec le vent. En tous cas, tous les mages et les devins disaient que j’étais destiné à la magie. Mais mon père ne voulu rien entendre. Toute m’enfance, il m’entraîna aux armes et me força à aller plus loin que mes capacités. Mais je n’avais pas en moins la trempe d’un guerrier. Je me débrouillais bien, mais je n’avais rien de bien exceptionnelle. Mon père le voyait bien et, même s"il s’obstinait à vouloir faire de moi un guerrier, ne m’acceptait pas comme j'étais.

Quand on est enfant, votre père est votre héros. Papa est invincible et invaincu. Surtout pour le cas de mon père. Il était pour moi un géant à la force herculéenne. Je l’admirais et je voulais lui ressembler, c’est encore mon voeux aujourd’hui. Alors son manque d’amour me marqua terriblement. Ô, combien j’ai pleuré en voyant son regard emplis de déception.


Heureusement il y avait Liliane. Liliane.....ma douche Liliane, c’est pour toi que j’ai fais ce que je fais. Tu étais le soleil de ma vie, sans toi maintenant, je ne vois que ténèbres et ombres.

Qui est Liliane? C’est ma grande sœur. Nous étions quatre filles et trois garçons, sois deux jumeaux et deux jumelles. Liliane était l’aîné de nous tous, elle était la plus forte, la plus sage, la plus belle, la plus intelligente. Surtout, elle était la seule qui me soutenait dans mon calvaire. Combien de fois a telle pris ma défense devant mon père? Elle était la seule à ne pas être d’accord avec la façon dont il me traitait. C’était grâce à elle que je pouvais tenir le coup

Mais je fus séparé d’elle alors que j’avais tous juste à peine quartoze ans. Car elle fut mariée à un membre d’une famille rivale. Encore aujourd’hui je me démande pourquoi mon père a donné sa préférée à ses ennemies. Je ne comprends rien à l’esprit des politiciens, comme mon père, et je ne comprendrais jamais . Donc j’étais seul chez moi avec mon père et mes pestes de petits frères et sœurs. Mais l’arrivée de la cadette de notre famille, Aurélia, me réchauffa le cœur. Mais malheureusement je ne puis la voir grandire car mes dons pour la magie se montrèrent aux grands jours et mon père, sous prétexte de me donner la meilleure éducation possible, m’envoya dans une à des lieux de chez mois.

Déraciné des mes origines, j’ai été catapulté dans une école où l’esprit de compétition régnait. Il y a des « écoles de magie », des endroits où en enseignait une discipline fixe, qui se disputaient le pouvoir. Comme si on je n’avais pas assez des guerre de clan volait qu’on me bassinait encore avec ces foutaises. Je choisis d’être un éolomancien par mon amitié avec le vent. Mais je n’aimais ce qu’on nous montrait. Ils volaient qu’on dompte et qu’on maîtrise le vent, comme un maître avec un son esclave. Moi je savais que cela faisait mal au vent et donc mes notes baissait par mon refus de me plier aux règles. Ce qui était bien dans mon école, c’était que je pouvait changer de discipline comme bon me semblait. Alors j’allais vers l’eau où la maîtrise de la glace m’attira. Mais trouvant cela trop morne j’allais vers le feu. Je crus enfin pouvoir souffler un peu et avoir une vie heureuse. Mais non, pour X raisons, quelqu’un en haut voulait à tout prix me faire des misères.

Je devins amoureux d’Ébellizé, mon professeur de combat pyromancique. Notre liaison resta secrète pendant des mois avant que l’affaire éclate. Et pourtant nous avions tous fait pour tout cacher. Mais il y a fallu qu’elle tombe enceinte et que l’enfant ait mes cheveux… Je me dis parfois que j’ai dû passer sous une échelle étant enfant. L’affaire était un double scandale. Non seulement elle était mon professeur, mais elle était origine de ma ville et d’un clan opposé au mien. Nos avons donc fuit avec notre fils et nous nous sommes cacher dans un village. Je crût de nouveau que j’allais être enfin tranquille. Mais c’était me méprendre du destin que de penser cela.

J’appris que ma sœur, Liliane, était morte violée avec son époux et mon future neveu dans son ventre. Je fus déchiré comme jamais je l’ai été. Je voulais mourir. Qu’allais-je faire sans ma grande sœur? Je voulais retrouver celui qui a fait ça et le faire souffrir autant que je souffrais. C’est là que ma chute arriva. Un homme apparut alors à moi quand j’étais dans un cimetière entrain de pleurer la mort de ma soeur. Son visage, comme chaque partie de lui, était caché par un foulard et un chapeau aux bords larges.

-Je sais comment de donner ce tu veux, me dit-il.

-Quoi, répondais-je les yeux embués par les larmes.

-Suis-moi et tu comprendras.

Alors je le suivis, abandonnant ma famille derrière moi. À ce moment, Arkanis Draknis Perrodor était sur le chemin de la mort. L’homme habitait un manoir abandonné dans une sombre forêt.

-Je vais t’apprendre comment te venger et avoir ce que tu désir.me dit-il Mais en échange tu dois jurer loyauté et dévotion au seul maître de cet univers.

-Qui?

-Créo Le Sombre.

-Qui est ce créo.

-Tu le serais bientôt.

Donc l’homme, qui se dévoila à moi sous le nom de Voyageur, m’enseigna les bases de son art et qui était Créo, une divinité des plans inférieurs et de la magie Ténébreuse. Mais mon véritable apprentissage commença après un rituel d’initiation où je fus tatouer et que Voyageur insuffla en moi ce qu’il appelait le Pouvoir. Quand le Pouvoir rentra en moi, je sentis mon être brûlé mais la douleur passa assez vite. C’est à ce moment qu’Arkanis Draknis Perrodor mourût et que Krane naquit

-Toi, qui se nommait hier Arkanis Draknis Perrodor, à donner ta vie au Seigneur Noir du Mondes D'En-Bas et futur Maitre du Monde et de Toutes Vies. Par conséquent tu n’est plus comme les autres et donc doit prendre un nouveau nom. Alors quel est ton nom à présent?

Mes yeux, qui étaient alors devenus deux globes d’où émanaient une lumière argentée, s’ouvrirent et les mots virent à ma bouche comme par magie.

-Kraine.dis-je.

-Alors, lèves toi, Kraine Le Vent de la Discorde. Tu serais celui qui divisera les hommes afin qu’Créo Le Sombre puisse les réunir sous une et même bannière, la sienne!


Et au fil de long mois, des années peut-être, j’appris vraiment l’art de la Magie Ténébreuse sous sa forme combative. Aussi Voyageur m’appris l’art du combat comme jamais mon père ne l’avait fait. J’atteins des niveaux que jamais que j’aurais jamais espéré. La méthode mon nouveau professeur était différent des autres. Mon père et Ebelliszé, même si elle m’aimait, étaient trop durs avec moi. Voyageur, ne me criait jamais dessus et prenaient le temps de me montrer calmement et avec douceur mes erreurs. Aussi j’appris comment être un bon orateur et comment semer la zizanie. Puis vint mon ultime teste : Je devait tuer toute ma famille.

Mais avant d’aller plus loin je tiens à dire que je ne fis pas cet acte de gaieté de coeur. Peu de gens le savent, mais la Magie Ténébreuse crée une soif de pouvoir magique à ceux qu’ils l'utilisent, une soif pire que la dépendance à la drogue. Voyageur m’avait dit que seul Créo pourrait étancher ma soif. Et la volonté du dieu sombre, me disait Voyageur, était que je tue ma famille. Ce que je fis.

Mes frères pouvaient représenté une menace. Mais je connais leur point faible. Ils étaient jumeaux et combattaient ensemble. Donc si j’en tuais un dès le début, le deuxième ne sera plus un problème. Ce que je fis. Une boule de feu noir dans la tête de l’un et l’autre se fait dévorer en un coup. Mes sœurs, Aria et Maria, aussi jumellew, tentèrent de s’opposer à moi…………avec des chandeliers. J’écrasa cette faible résistante du révère de la main. Ma mère se jeta sur ma lame sans aucune hésitation et je mis le feu à la chambre d’Aurélia, n’ayant pas le courage de la tuer de mes mains. Puis vint le tour de mon cher père. J’avais une rancune de mon enfance que je comptais bien lui faire payer. Mon père était vieux et faible et donc ne me donna le combat acharné que je pensait.

Je restai quelque temps dans ma ville natale, où je commençai mon travail de discorde. Il ne me fallu pas longtemps pour monter les quatre clans de la ville les uns contres les autres, juste à déterrer des vieilles rancunes

De retour au Manoir, Voyageur me convoqua dans la salle des rituels. Il me finit un autre tatouage mystérieux, ou plus tôt il repeigna l’ancien avec le sang de ma famille. Puis je connu un déchirure immense et après l’extase utile. Je sentais une partie de ma faim comblée.

-Te voilà enfin prêt à accomplir la volonté de Créo le Sombre.

Nous retournâmes à ma ville natale et vîmes la ville ravagée par la haine des descendant des quatre amis qui avaient fondé la ville. Alors que nous étions sur les murailles à voir la ville brûlée, Voyageur me dit :

-Je te laisse, ma tâche est accomplit, j’ai fait de toi celui que tu devais être. Moi, j’ai d’autres gens à former et toi tu dois désunir le monde afin le Maître puissent le rassembler à son désir. Tu connaîtra tes cibles par songe, en attendant libre à toi de faire ce qui te chante.

Il se détourna de moi et marcha vers un portail qu’il avait ouvert.

-Suis-je le seul à avoir reçu cette tâche?

Voyageur s’arrêta un instant pour me répondre.

-Tu est le premier, mais peu être pas le seul. J’ignore beaucoup de chose des plans du Maître. Au fait, tu sais que si tu avais tué Ébellizé et….

-Non, je veux que mon fils vive et qu’il ait une chance de me vaincre si je le recroise.

Voyageur haussa les épaules.
-C’est toi qui voit, ne fait rien qui puissent les plans du Maître en danger. Nous nous reverrons lors de la victoire du Maître.

-Adieu, Voyageur, tu a été un bon professeur

-Et toi un bon éléve, Kraine, adieu.

Et il entra dans son portail, qui disparut après son passage.
C’est la dernière fois que je le revu. Depuis ce temps j’ère, à la recherche de celui qui m’a volé ma sœur, ou de ses descendant. J’effectue la volonté de mon Maître quand j’ai des songes.Et la dernière tache s'est soldé par un échec, je suis découvert et ce ne qu'une question d'heure avant qu'on m'attrape.

Quand vous entendrez mon jugement publique, demain avec de la chance, vous serez les raisons de mes actes et apaisera peu-être votre rage envers moi.

Amicalement, Kraine le Chevaucheur de Vents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natalya Himura
Administratrice
avatar
Féminin
Nombre de messages : 746
Race : Ange déchue
Activité : Reine de Nelendark
But /occupations : Rendre la contrée prospère et rester neutre.
Age d\'apparence : 24 ans
Résidence : Tour Glanderk
Penchant : Neutre
Particularité physique visible : Le symbole royal est tatoué sur son épaule droite
Date d'inscription : 28/06/2005
MessageSujet: Re: Concours n°8: Le dernier jour d'un condamné Jeu 19 Fév - 9:19

Je clos le concours n°8 en désignant comme "vainqueur" Jalkan! Désolée Winor, ménestrel de mon coeur ^^

Merci à vous deux d'avoir participé et désolée pour le retard habituel...XD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Concours n°8: Le dernier jour d'un condamné

Revenir en haut Aller en bas

Concours n°8: Le dernier jour d'un condamné

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !» Louis Delatour (M) feat Gaspard Ulliel» Céladopole : Premier et dernier jour ?» Le Dernier Jour [Fanfic Fanta/Bob]» New codex black templar
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nelendark la croisée des mondes fantastiques :: Près de vous, pour vous :: Sondages, concours :: Concours-