Nelendark la croisée des mondes fantastiques
Bonjour à toi Nelendarkien!
Ce forum a vécu son temps et est désormais en repos.
Tu peux cependant retrouver l'admin dans un nouvel univers, sur Lombredelondres.forum2jeux.com
A bientôt!


 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

2. Histoire de Nelendark - L'Ange tombé du Ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Natalya Himura
Administratrice
avatar
Féminin
Nombre de messages : 746
Race : Ange déchue
Activité : Reine de Nelendark
But /occupations : Rendre la contrée prospère et rester neutre.
Age d\'apparence : 24 ans
Résidence : Tour Glanderk
Penchant : Neutre
Particularité physique visible : Le symbole royal est tatoué sur son épaule droite
Date d'inscription : 28/06/2005
MessageSujet: 2. Histoire de Nelendark - L'Ange tombé du Ciel Sam 15 Sep - 11:45

Cinq ans plus tard, alors que la terre avait retrouvé une vie presque paisible, un événement changea la vision du monde des peuples de Mendozis : un Ange descendit du ciel. Les hommes ailés n’existaient alors que dans les plus anciennes légendes et seuls quelques Mages étaient persuadés (ou savaient) que les Anges n’étaient pas sortis de l’imagination de quelques fous.
Le ciel s’ouvrit un soir. Ce ciel qui était redevenu si clair s’était soudainement assombrit et les nuages blancs du printemps se changèrent en tempête. D’un vortex lumineux, une forme tomba. Certains des Hommes qui la virent crurent que c’était une punition de leurs dieux, un fléau envoyé sur terre pour les prévenir d’une prochaine apocalypse. Certains des Mages qui la virent imaginèrent que c’était un signe des Anciens Dieux et ils n’avaient peut-être pas tord…
Guidée par Proméus, une grande escouade de Mages se rendit sur la Colline du Souffle où la « chose » était tombée afin de voir ce que c’était et de la combattre s’il s’avérait que c’était un danger pour la vie des populations de la Contrée. Au sommet ils trouvèrent une jeune femme qui semblait endormie dans un lit de plumes noires.
Les Mages encerclèrent l’Apparition et Proméus s’accroupie à côté de la jeune femme. Elle semblait plongée dans un sommeil artificiel mais lorsqu’il passa sa main au-dessus d’elle pour sonder son passé et son esprit, ses yeux s’ouvrirent subitement. Ils étaient d’un bleu intense puis peu à peu ils devinrent noirs et se refermèrent. Le Mage, qui avait quelque peu reculé, repassa sa main au-dessus d’elle et apprit qu’elle était bien plus vieille que son apparence ne le laissait croire, qu’elle avait côtoyé des Anges blancs et que le Paradis n’était pas un mythe. Choqué malgré lui par ces révélations, Proméus décida de l’emmener à la tour d'Astaroth, (devenue la demeure des Mages après la chute de Valgar), et de la montrer à son père qui arrivait au bout de sa vie.
Lorsqu’il tenta de soulever la jeune femme, elle se leva toute seule et les plumes à terre l’enveloppèrent comme pour la protéger. Assistant à cet étrange spectacle, les Mages et Proméus reculèrent. Une lueur émana alors du centre de l’ensemble sombre et les plumes recomposèrent des ailes dans le dos de la jeune femme. Ses courts cheveux noirs devinrent d’ébène et s’allongèrent jusqu’à sa taille. Elle ouvrit ses yeux devenus argentés et croisa le regard du dirigeant des Mages. Celui-ci sentit qu’elle le sondait et il réalisa qu’il ne pouvait pas lutter contre cet esprit venu du ciel. Il entendit un nom en écho comme murmuré par des milliers de voix : « Sacra » disaient-elles… « Sacra ».
Proméus recula et les Mages se tinrent prêt à abattre l’Ange si jamais il en donnait l’ordre. Mais l’Apparition ferma de nouveau les yeux et tomba tel un pantin sur l’herbe tendre de la colline. Sur son côté, un étrange fourreau retenu par des chaînes à sa taille contenait une épée : nul ne pouvais la toucher, elle dégageait une telle aura magique que nul ne pouvait s’en saisir.

Proméus ramena la jeune femme ailée à son père. Sur son lit de mort, le vieux Mage versa bien des larmes devant cette preuve de l’existence des Anges et pour tous les prodiges de l’univers qu’il ne verrait jamais dans cette vie. C’était une créature vivante mais personne ne pu lui expliquer pourquoi les plumes de ses ailes n’étaient pas blanches comme dans les légendes. Certains des Mages qui l’avaient découvert avec Proméus pensèrent que c’était un mauvais présage et que, là-haut, les Anges blancs se battaient contre les Anges noirs venus de l’Enfer.
Proem Deus mourut deux jours après avoir caressé les cheveux noirs de l’Ange endormie. Tel une vague qui vient lentement se briser sur la plage, il ferma ses yeux pleins de sagesse et ses derniers mots furent pour son fils : « Protège-la. Protège-les tous. Sauve toujours la paix et combat le Mal quelque soit sa forme. Méfies-toi, les apparences sont trompeuses… »
Des rumeurs commencèrent à se propager et l’air transportait des sentiments de peur, de colère et des plaintes : cette apparition, fallait-il la protéger ou s’en débarrasser ? Étrange coïncidence que le père du dirigeant meurt deux jours après avoir été en contact avec l’Ange… Était-ce le signe d’une nouvelle ère ?
Astaroth était encore emplie de magie noire et les Mages furent contraints de quitter la tour et de la condamner. Alors que les Mages et les Hommes débattaient sur l’Apparition dans leur nouvelle cité, celle-ci disparu…

Les Halturens formaient un peuple pacifique qui faisait beaucoup de commerce avec les Mages, les Hommes et les Amazones. Regroupés en une grande société divisée en cités, les Halturens vivaient de ce commerce et de la Nature qu’ils vénéraient sous formes de plusieurs divinités. Traités comme des primitifs par les Atlantes, ils furent souvent en guerre avec cette civilisation orgueilleuse. Les Halturens vivaient en harmonie avec les animaux et, comme les Elfes, leurs cités étaient souvent dans les forêts de Mendozis, cachées et accessibles par des chemins très compliqués. Malgré ce que pensaient d’eux les Atlantes, les Halturens étaient une peuplade civilisée et bien plus sage que ces derniers ou les Hommes. Ils étaient grands et forts, leur peau était d’or et leur cheveux d’ébène. C’était une des plus belles races jamais vues sur la terre mais, très discrète, elle était bien méconnue. Cependant, ils étaient réputés pour leurs grands guerriers et leurs grands sages.
Malheureusement, une étrange maladie les décimait. Depuis plus d’un siècle, ce noble peuple commençait à disparaître. Les femmes ne donnaient plus beaucoup d’enfants et elles étaient nettement moins nombreuses que les hommes. La mortalité devenait effrayante au fil des années et cette étrange maladie, dont ont attribuait la cause à un cailloux tombé du ciel un siècle et demi plus tôt, ne trouvait toujours pas de remède. Elle fut appelée « la Morsure du Ciel » car elle n’était pas guérissable et se caractérisait par l’apparition de tâches grises sur toute la peau et de plais ressemblant à des morsures.
A cette époque, les Halturens était un peuple devenu si petit que seuls les Mages s’en préoccupaient. Un peu plus de deux mille individus vivaient dans une cité introuvable sauf par ceux qui en connaissaient le chemin. Cette cité cachée s’appelait « Haltan la Belle ».

La rumeur d’une Apparition, dont parlaient les Hommes et que recherchaient les Mages depuis un mois, parvint aux Halturen qui s’y intéressèrent. Ils se mirent à chercher, comme les Atlantes et les Elfes qui souhaitaient en savoir d’avantage, cette « Nelendark » (ainsi l’avaient-ils nommé: l’étoile tombée du ciel « Nelen » aux ailes noires « Dark »). Traquée comme un animal étrange, l’Apparition fut aperçue dans le ciel au-dessus de l’ancienne cité « Der Deoul » dont on savait peu de choses sinon qu’elle avait été conçue par des êtres extrêmement intelligents des milliers d’années plus tôt ce qui laissait supposer qu’une race bien plus évoluée que les autres avait eu ses heures de gloire et avait disparue subitement.
C’est aux portes d’Haltan que l’Ange fut revue ensuite. L’Aube se levait et sont ombre se profila entre les arbres. Comment avait-elle atterrit là ? Nul ne le saurait.
Lorsqu’elle fut arrivée devant les portes d’Haltan, les Halturens la firent entrer : peut-être était-elle venue pour les soulager de leurs blessures et les sauver de « la Morsure du Ciel » ?
Nelendark semblait muette. Aucun mot ne passaient ses lèvres de jeune femme. Ses ailes impressionnaient les Halturens et ses plumes noires constituaient de véritables reliques : personne ne la touchait, cela avait été interdit. Les Halturens gardèrent son arrivée secrète et s’occupèrent d’elle. L’Ange semblait observer tout ce qui touchait à leur histoire et surtout leur religion. Il n’était apparemment pas dangereux et semblait plus perdu que venu de son plein gré sur Mendozis.
Les sages tentaient de lui apprendre leur langue mais Nelendark ne prononçait toujours pas de mots. Elle mangeait, dormait et avait des expressions comme tout être doué de conscience mais de sa bouche ne sortait pas un son.
Au bout de trois mois, Nelendark était toujours dans la société Halturéenne : elle observait leurs plus grands forgerons, aidait les femmes à cuisiner et surtout s’isolait régulièrement en haut d’une tourelle. Personne ne comprenait ce qu’elle faisait ici et pourquoi elle restait alors qu’elle était libre de ses mouvements. Personne ne pouvait expliquer son absence de parole ni son regard qui changeait de couleur.
Pendant un an elle vécue cachée à Haltan : seuls les Mages avaient retrouvé sa trace mais ils la laissaient aux Halturens car selon son apparente volonté, elle voulait rester parmi eux.
Un jour, Nelendark disparue et les Halturens se mirent à sa recherche. Elle fut retrouvée au pied d’un menhir en pleine forêt. L’Ange pleurait et pour la première fois, sa voix fut entendue : « Zalith…Je suis si désolée… » disait-elle.
Ramenée à la cité, elle fut conduite aux sages qui tentèrent de la rassurer. Cependant, elle demeura le visage fermé et pendant encore un ans, elle vécu en paix avec eux.
Exactement à la même date que la première fois qu’on entendit sa voix, l’Ange se rendit chez le plus vieux de tous les sages. C’est alors que Nelendark se mit à parler. Sa voix était à la fois douce et mélancolique, empreinte de tristesse mais aussi de force. Elle dit : « Mon nom est Natalya Himura. Je suis venu aider les peuples en paiement de tous mes crimes. J’ai besoin de me forger une nouvelle épée afin de lutter à vos côtés : une guerre vous menace.»
Aidée par les Halturens, elle reforgea Tearofhell l’épée noire et elle réalisa de ses mains Klinge l’épée à la garde angélique. Elle monta dans l’estime des Halturens et gagna leur confiance. Ils la traitaient comme une envoyée salvatrice et ce malgré la méfiance publique de quelques individus. Elle s’entraîna au maniement des armes mais il s’avéra qu’elle était déjà habituée à se servir d’une épée. Elle réussissait à vaincre les plus grands guerriers Halturéens et devint bientôt leur plus grand espoir guerrier. Trois ans passèrent et des rumeurs de guerre parvinrent aux populations de Mendozis : l’Empire de Jade, composé de plusieurs grandes îles à l’Ouest, voulait étendre son territoire et menaçait la contrée. De nouvelles races apparurent sur le continent. Les Gobelins en étaient les plus agressifs et le petit peuple s’agita ainsi que les Centaures qui se réunissaient en grands troupeaux.

Pendant encore trois ans, Nelendark (ou Natalya) vécu avec les Halturens et rencontra Proméus. Le Mage lui expliqua comment ils l’avaient trouvée et elle ne semblait pas s’en souvenir. Elle répondit à beaucoup des questions du Mage car elle recouvrait peu à peu la mémoire et se lia d’amitié avec lui. Ensemble, ils parlèrent des heures entières. Natalya apprit la situation de Mendozis et Proméus apprit les raisons de sa venue sur terre. Ce fut le seul à connaître certains fragments du passé de l’Ange et il se rendit bien vite compte qu’elle n’était en réalité qu’une enfant fautive à qui l’ont avait ôté une partie de son âme. Ils tissèrent des liens bien plus forts que ceux de l’amitié et le Mage s’assurait qu’elle ne manquait de rien. Il respectait les dernières paroles de son père, il savait qu’elle était bien plus importante pour Mendozis qu’elle ne le paraissait et enfin, il s’était épris d’elle. C’était une femme au passé étrange, à l’apparence mystique et au caractère si changeant…
Jamais Proméus ne lui avoua ses sentiments. Il était aussi doux et compréhensif qu’un père et c’est ainsi que Natalya se mit à voir le Mage. Ce dernier lui apprit tout ce qu’il savait sur Mendozis, il voulu lui enseigner la magie comme l’utilisent les Mages mais elle refusa. Proméus découvrit alors qu’elle avait déjà d’étranges pouvoirs qui tournaient autour de l’obscurité et de la lumière. Il l’observait, écrivait des études sur ses comportements et ses envies, rédigeait des essais sur ses prodigieux dons et, toujours, il veillerait sur elle afin que personne ne puisse lui faire de mal.
Malheureusement, Natalya était déjà difficile à suivre tant physiquement que psychologiquement : elle possédait des ailes et un corps de femme, souple et gracieux, qu’elle ne contrôlait pas toujours et son esprit s’embrouillait parfois et changeait son caractère selon les moments. C’était une créature dont on ne pouvait deviner la véritable nature : était-elle réellement venue les aider ou jouait-elle avec son apparence pour les mener dans l’ombre ? Etait-elle une bannie du ciel venu reporter sa vengeance sur les habitants de la terre ou une incomprise tentant de trouver sa place dans le monde ?
Proméus fini par conclure qu’elle était un jouet du destin comme tous: elle était l’instrument d’une ou de plusieurs entités pour rétablir l’équilibre du monde. Mais malgré ses longues recherches, il ne comprenait pas de qui elle était devenue la messagère ni pourquoi elle était appelée « Sacra » par le ou les dieux qui s’en servaient.

2/4

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

2. Histoire de Nelendark - L'Ange tombé du Ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un ange tombé du ciel ? Soft Fury présentation» Un ange tombé du ciel» Tombé du ciel - SHUGO» Quand le soleil illumine ton visage et que tu ressembles à une ange tombée du ciel» Un ange descendu du ciel ?
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nelendark la croisée des mondes fantastiques :: HRP Administration-Univers :: L'univers de Nelendark :: Histoire du monde-